L'amie Prodigieuse

L'amie Prodigieuse

Roman

Sortie:

De

Éditions Gallimard

Mon avis: A mes yeux, une des plus belles histoires d’amitiés de la littérature. Elena Ferrante nous embarque dans un voyage émotionnel exaltant, avec en toile de fond l’après guerre, vécu par deux jeunes âmes qui se battent pour leur futur.

« Elena Ferrante nous propulse dans l'Italie d'après-guerre, en plein cœur de la Naples populaire. Après des années de fascisme, la ville prend sa revanche. Elle grouille, elle éructe et semble ne jamais pouvoir s'endormir. L'Amie prodigieuse raconte l'histoire parallèle d'Elena et Lila, deux amies issues du même quartier. Sous le prisme de l'enfance et de l'adolescence, Elena Ferrante dresse le portrait d'une Italie en pleine reconstruction mais sclérosée par l'extrême pauvreté et les inégalités. On est séduit par le ton et l'ampleur romanesque que dégage ce livre. »

Il est difficile de parler de L'amie prodigieuse sans faire part du contexte de son auteur. Elena Ferrante, un nom d'emprunt, est une auteure italienne qui a souhaité gardé l'anonymat, et dont l'identité reste un secret bien gardé. Le peu d'informations dont on est certain c'est qu'elle est originaire de Naples, et est née en 1943.

L'amie prodigieuse, c'est Lila, une gamine surdouée au caractère bien trempé, parfois méchante. Elle est un sujet de fascination constant pour Elena, plus effacée. Elena et Lila sont comme deux aimants qui s'attirent et se repoussent, mus par une admiration sans bornes comme par les rivalités, les confidences et les secrets inavouables. Mais les deux amies rebelles vont chacune se battre pour vivre leur vie comme elles l'entendent, et aimer en toute liberté, malgré l'ordre établi.

« Chez elle, tout semblait naturel, on ne sentait jamais l'artifice de la parole écrite. En la lisant, je la voyais, je l'entendais ». Ce don littéraire qu'Elena Greco prête à son amie surdouée Lila, définit le style limpide et lumineux d'Elena Ferrante. Aux longues descriptions, l'écrivain préfère les phrases courtes et percutantes, en harmonie avec le rythme haletant du récit. L'auteur prend un malin plaisir à jouer avec les rebondissements et nous tient en haleine du premier au dernier tome de la saga. Ses épilogues à suspense, semblables à des cliffhangers, n'ont d'ailleurs rien à envier à ceux des séries. Œuvre qui sera d'ailleurs adaptée en une série télévisée, dont la diffusion devrait débuter à l'automne 2018.

Mon seul regret, c'est d'avoir lu Elena Ferrante en français. Un des ressorts de l'histoire est la tension entre le dialecte, parlé par l'entourage pauvre d'Elena, et sa volonté d'échapper à sa condition par l'italien appris à l'école. Or, cette rupture linguistique a des répercussions de taille puisque c'est quasiment autour d'elle que s'articulent toutes les tragédies de l'existence des personnages du roman. Jamais la question du langage et son impact sur les rapports de domination et de manipulation entre les hommes n'aura été aussi bien disséquée dans un roman.

A mes yeux, Elena et Lila s'inscrivent dans la lignée des plus belles amitiés de la littérature : François Seurel et Augustin Meaulnes dans Le Grand Meaulnes, Sal Paradise et Dean Moriarty dans Sur la route, Harry, Ron et Hermione dans Harry Potter… Suivre le sort inextricablement lié des deux amies, avec en toile de fond la marche de l'Histoire, c'est s'embarquer dans un voyage émotionnel exaltant, avec la plume aiguisée d'Elena Ferrante pour guide. Je ne peux que recommander cette saga napolitaine bouleversante.

Publié le